header4

Mutualité mon amour ?
13 novembre 2017

Mutualité mon amour ?

Quel avenir pour le modèle mutualiste ? C’était la thématique de la conférence organisée par le CIMUT mardi 7 novembre au Loft Roquette à Paris. Serge TONIET, Directeur des Activités Mutualistes d’AG2R La Mondiale et Stéphane LEBRET, Directeur Général de MBA Mutuelle, ont tour à tour apporté leur regard et leur vision face à un auditoire conquis et en attente de réponses. Retour sur événement.

Le débat promettait d’être vif, très vif, aimait à dire un célèbre journaliste de télévision. Contrat rempli. En cette matinée de novembre, le débat fût effectivement vif, très vif, mais surtout très éclairant avec, en filigrane, les éléments d’un scénario d’anticipation. Les deux protagonistes, personnages principaux de cette conférence matinale dédiée à « La stratégie mutualiste », avaient en effet fort à dire et à partager.

Lorsque Serge TONIET prend la parole, le décor est fixé. Le secteur mutualiste connait un phénomène de concentration sans précédent. Dès les premières diapositives, c’est une véritable avalanche de chiffres qui déferle. En 1980, près de 7 500 mutuelles cohabitent dans l’hexagone. 2016, 446 mutuelles et unions de mutuelles dont 127 mutuelles substituées. À ce rythme, ce sont plus de 8% de mutuelles qui disparaissent chaque année. Le futur ? Disparition et surtout phénomène de concentration massif.

Effet de groupe

Dans ce panorama mutualiste, balancé entre concurrence accrue, innovation, valeurs, Serge TONIET souligne surtout que le phénomène de concentration est inévitable et que dans ce contexte, nombre de mutuelles n’ont d’autre choix que de s’adosser à une mutuelle plus grande ou un groupe de mutuelles si elles veulent survivre et se développer. D’ailleurs, les chiffres ne trompent pas : 23 mutuelles du TOP 30 de la Mutualité (Source Argus de l’Assurance 2015) sont issues d’un regroupement !

Toutefois, malgré cette tendance forte au regroupement, il est tout à fait possible de rester maître à bord et de conserver son indépendance. La preuve en est, dans ce classement mutualiste, pas moins de sept mutuelles ont conservé leur autonomie et leur identité propre. Un scénario envisageable à condition de se donner les moyens et les outils nécessaires pour assumer seul la somme des contraintes.

Autre fait marquant de ce vaste mouvement, c’est l’apparition de grands groupes, qu’ils soient mutualistes, paritaires ou fruit d’une alliance stratégique de parties historiquement opposées. « Dans ce contexte, les grands groupes sont ceux qui affichent la meilleure résistance et les meilleurs résultats », souligne Serge TONIET. Quoiqu’il en soit, dans ce TOP 30 de la Mutualité, 30 mutuelles encaissent 23,5 milliards d’euros, 70% de l’ensemble des 446 organismes mutualistes restant en course. Dernière mise en garde, s’il en fallait une, Serge TONIET attire l’attention sur l’offensive possible des banquiers assureurs qui pourraient eux aussi bouleverser la donne. Mais il en restera là.

Ovni mutualiste

À la fin de l’intervention de Serge TONIET, on aurait pu penser que sans regroupement, point de salut. C’était sans compter sur le regard et la vision apportés par Stéphane LEBRET, Directeur Générale de MBA Mutuelle. « Nous existons depuis 70 ans, nous sommes en quelque sorte un ovni mutualiste » souligne le directeur de la mutuelle qui a elle, retrouvée son indépendance en 2015, en quittant un Groupe paritaire national et en opérant une bascule informatique sur Starweb© dans un temps record de 5 mois…

À contre-courant, Stéphane LEBRET martèle quant à lui les vertus de l’autodétermination et les avantages de décider de ses actions et de sa stratégie, « tant que nous avons la capacité à gérer notre boutique, nous n’avons aucune raison de rentrer dans une SGAM, notre métier, c’est le service à l’adhérent » rappelle-t-il.

Ce rappel des valeurs mutualistes est essentiel : « le système d’information est primordial pour conserver notre souplesse. Notre système de gouvernance mutualiste avec le CIMUT nous a permis de conserver notre indépendance et notre agilité, tout en garantissant notre partenariat avec Ag2r La mondiale» complète Stéphane LEBRET.

Enfin, l’esprit mutualiste ne serait sans doute pas totalement complet s’il ne témoignait pas aussi de la créativité dont il fait preuve : « Chez MBA, nous avons fait le choix d’investir dans des activités qui font sens pour nous et nos adhérents » conclu Stéphane LEBRET. Dont acte.

Laisser un commentaire